Pédagogie

Une sensibilisation et une communication avec le public par la pratique et le dialogue.

Il nous semble important de prendre le temps d’expliquer une démarche artistique et de communiquer sur notre métier. Comment nous en sommes arrivés là, vers quoi nous allons, comment devenir acteur d’une idée ? Nous pensons que le meilleur moyen pour cela est de passer par le FAIRE : l’apprentissage corporel et sensoriel est un véritable moteur de transmission. Traverser différents états, ressentir son corps, l’espace, mais aussi l’autre en tant que personne différente de soi, et le groupe. Nous pensons que faire ENSEMBLE est aussi important pour re-questionner le « vivre ensemble  », la responsabilité individuelle vis-à-vis du groupe : être au service d’une image collective, être à l’écoute les uns des autres, défendre ensemble un propos, et faire face ensemble à une problématique.

Nous défendons l’idée que chacun puisse être acteur de sa vie. Nous ne sommes pas ici pour donner un savoir, mais pour vivre ensemble une expérience possible par le regroupement et la volonté de tous dans un cadre que nous posons, empreint de nos formations artistiques et pédagogiques.

 

Démarche

 

Lorsque nous intervenons avec un groupe, notre souhait est de relier une idée et une pratique artistique. Cela pourrait correspondre aux notions d’arts et d’artisanats.

Nous avons la détermination que chacun peut être acteur d’une idée (politique, esthétique, éthique…), nous appellerons cela l’idée. Il s’agit de s’emparer de cette idée et de chercher à la partager.

 

Nos interventions se déroulent en quatre étapes :

La première étape consiste à travailler l’éveil. Nous cherchons à ouvrir nos capteurs sensoriels, afin d’apprendre à écouter notre corps et donc de connaitre nos possibilités. Cela consiste également à créer une ouverture sur ce qui se passe autour de nous et donc de se connecter aux autres et à l’espace qui nous entoure.

La seconde étape est de travailler le média qui nous servira de transmetteur. Nous appellerons cela la pratique. En amont de ces interventions, nous avons conçu des sculptures cinétiques praticables par chacun, qui servent de point de convergence entre les individus et qui sont génératrices d’images et de mouvements. Ces sculptures sont un point d’appui fort pour relier et créer. Elles sont accessibles à tous et se pratiquent en toute sécurité. Néanmoins, il faut prévoir un temps d’observation et d’appréhension qui peut varier selon l’âge et l’expérience de la personne.

Travailler l’idée est la troisième étape. Que cherchons-nous à faire voir ou ressentir ? Il s’agit de prendre un peu de recul sur ce que nous faisons, afin de garantir une image accessible et non excluante.

La dernière étape est de se rendre disponible à cette idée. Cela se nomme la disponibilité. C’est à dire de travailler la notion d’être en représentation et de se mettre au service d’un groupe, d’une idée.

 

Les outils

 

L’Éveil

Jeux d’écoute, de placements, d’équilibres, de mobilisations corporelles, de confiance etc.

La Pratique

Observation et appréhension des sculptures, développement d’une pratique singulière soliste et collective.

L’Idée

Construire des images poétiques, confronter les critiques et prendre du recul sur ce que l’on propose.

La disponibilité

Un travail d’état de présence et de maintien sur scène. Garder la tension et l’intensité corporelle afin de s’affirmer et rendre lisible et accessible une idée.

 

Nous sommes bien là dans une pratique artistique, non détachable d’une pratique technique, ces notions sont liées entre elles et indissociables.